Wakanda or not Wakanda ?

Il y a deux semaines je suis allée voir LE blockbuster du moment : Black Panther. A vrai dire je n’étais pas plus emballée que ça par la sortie du film. Les médias en parlaient apparemment depuis deux ans, mais c’est vers le mois de novembre que j’ai eu vent du projet.

Le film a fait l’objet d’une énorme campagne médiatique, comme à la sortie de chaque film Marvel. C’était l’une des raisons qui faisait que je n’étais pas à fond sur ce film. Je me disais que ça allait être un blockbuster surcoté, et ce n’est pas parce que c’était le premier film de super héros avec un casting essentiellement noir que j’allais m’emballer. J’avais justement peur que cette caractéristique provoque un engouement disproportionné par rapport à la qualité du film.

La promotion battait donc son plein et j’y restais indifférente.

Et puis le film est sorti.
Et puis mes deux critiques cinéma préférés ont sorti des vidéos « review » de ce film. La première minute de la vidéo de Durendal ne s’était même pas écoulée que je prenais la décision d’aller voir ce film.

Après tout, peut être que les gens n’exagéraient pas. Je voyais des « Wakanda » forever partout sur les réseaux sociaux. Et même des « Black Panther Outfits » sur youtube. Une chose est sûre : Hollywood a bien réussi son coup avec ce film. Le blockbuster vient de passer le cap des 1 milliard de dollars de recettes, ce qui le classe parmi les dix films les plus rentables de l’Histoire. Il se murmure même qu’il sera dans la course aux Oscars 2019.

 

Crédit photo : @Marvel Studios

 

Mais après cette longue introduction, qu’est – ce que j’ai pensé de ce film ? Est – ce un tournant pour l’histoire des Noirs ? Je vais donner mon humble avis.

A titre préliminaire :

Déjà Black Panther (comme son nom ne l’indique pas), n’est pas, selon moi, un film communautaire. On aurait pu très bien prendre des acteurs caucasiens dans un autre pays et reprendre les grandes lignes du scénario. C’est un film de super héros Marvel comme il y en a eu plein d’autres. Mais il apporte sa petite touche, et c’est tout. Mais en rien il ne se réfère au mouvement des Black Panther des années 70 comme j’ai pu l’entendre ça et là.

Et je tiens aussi à rétablir une vérité : Black Panther, n’est PAS le premier super héros noir (Coucou Blankman, the Meteor Man et Blade) ! Mais n’empêche, Black Panther sort du lot pour de multiples raisons que je vais exposer dans cet article.

L’histoire

Black Panther, c’est l’histoire T’challa et du Wakanda. L’histoire est issue d’un Comics des années 60 créé par Stan Lee et Jack Kirby, dont l’adaptation au cinéma a été maintes et maintes fois reportée. Néanmoins le personnage de Black Panther a été introduit dans les précédents films Marvel et c’est la première fois qu’un film lui est dédié.

Le Wakanda est un royaume Africain immensément prospère grâce à un métal très précieux, le vibranium. Mais le reste du monde pense qu’il n’y en a plus.

En effet fil de l’Histoire les Wakandais ont été témoins de ce qui est arrivé à leurs voisins qui ont laissé naïvement des étrangers pénétrer dans l’antre de leur Royaume. De nos jours les autochtones n’ont aucun contrôle sur leurs richesses. Celles – ci sont dérobées et font la fortune des peuples par delà les mers. Et pour conserver cette main mise le néocolonisateur destabilise les peuples africains en les montant les uns contre les autres, ce qui les empêche de se développer. 

Pour échapper à ce sort les Wakandais vivent cachés et repliés sur eux – même. De l’extérieur le reste du monde pense qu’ils sont pauvres.

C’est l’une des premières réflexions très importantes que ce film a éveillée en moi. Doit – on être égoïste et protectionniste pour sauver sa peau, ou doit – on voler au secours de son prochain ? Parce qu’au final les Wakandais ont une richesse et un arsenal suffisant pour inverser l’Ordre du Monde, mais ils préfèrent rester dans leur petit confort et assister à la déchéance de leurs semblables, bras croisés contre la poitrine.

C’est en ce sens que dans ce film les « méchants » n’en sont pas réellement.

Le premier « méchant » qui apparaît à l’écran c’est N’Jobu, oncle de T’challa, la future « Panthère Noire ». N’jobu a décidé de « trahir » son peuple et de dérober du vibranium au Wakanda.

Ce métal a en effet la réputation de créer des armures et armes très performantes et indestructibles, ce qui permettrait aux Wakandais d’anéantir les oppresseurs de leurs frères.

Mais N’Jobu sera freiné par son frère, T’Chaka, le père de T’challa, héros du film, qui l’exécutera. Des années plus tard le fils de N’Jobu, N’Jadaka qui vient au Wakanda pour achever les plans de son père par la même tenter de contrôler le Royaume. T’challa vient à peine de succéder sur le trône à son défunt père. Va alors s’ensuivre une bataille pour le contrôle de Wakanda. Les motivations des deux parties sont défendables et discutables.

T’challa (à droite) et son cousin Erik Killmonger, N’Djadaka de son vrai nom (à gauche).
Crédit photo : @Marvel Studio

Et c’est cette bipolarité que j’ai aimé dans Black Panther. On a ici un « méchant » qui a un réel but, et qui n’est pas juste là pour « conquérir » le monde ou venger la mort d’un proche. C’est bien plus complexe que cela et on en vient même à souhaiter qu’il gagne son combat.

 

 

 

 

Et moi je dis qu’un film est réussi lorsqu’il ne nous montre pas des personnages caricaturaux mais des personnages avec des bons et des mauvais côtés, qui traduisent toute la complexité de l’être humain.

Ce que j’ai adoré en second lieu dans le film, c’est le superbe hommage au continent africain. Que ce soit dans les costumes, les accents des personnages, les différentes coutumes, ou les paysages, je me suis retrouvée dans ce film. C’est certes fictif mais c’est plutôt proche de ce à quoi pourraient ressembler certains pays africains dans quelques années.

 

Royaume du Wakanda
Crédit photo : @Marvel Studio

J’ai aimé que l’on représente ce royaume du Wakanda comme autonome, comme appliquant ses propres lois, comme un royaume où nulle n’a a interférer dans ses affaires internes. Et j’ai apprécié que malgré l’état de développement avancé du Wakanda, les coutumes ne se perdent pas.

 

En effet de par l’Histoire les pays plus développés ont eu tendance à vouloir imposer leur vision des choses, forçant les peuples moins développés à abandonner leurs coutumes ou pratiques, et à se les réapproprier. Non, se développer ne veut pas dire se convertir à une religion que l’on a pas choisi ou abandonner sa façon de se vêtir. Et non il n’y a pas de sous – culture ou de culture meilleure qu’une autre. 

A travers ce film j’ai vu toutes ces idées retranscrites.

Je voulais également souligner que j’ai apprécié le fait que ce film ne tombe pas dans le cliché au niveau desrelations amoureuses également. Bien évidemment il y a certaines ficelles du scénario qui sont prévisible. Mais la femme que T’Challa aime, on en parle ? Moi j’ai remarqué en général dans les films où le héros est noir que bien souvent l’élue de son coeur est très très claire de peau. Lorsqu’on connaît les différents complexes qui animent notre communauté, je trouve cela très judicieux d’avoir choisi Lupita Nyong’o pour incarner Nakia. J’ai encore plus apprécié cette actrice dont j’ai vu la plupart des films. Ce n’est pas la plus belle, c’est juste une fille normale. Et c’est important de choisir des personnages pour leurs qualités intrinsèques et pas uniquement pour attirer du public.

 

Et j’ai aussi adoré le fait que ce soit une femme forte, indépendante, qui n’a besoin de personne pour se défendre.A un moment donné c’est même elle qui sauve son homme. Le couple qu’elle forme avec Chadwick Boseman est mignon et on croit à leur idylle.

 

 

 

 

En parlant de personnage féminin fort j’ai aussi beaucoup aimé Suri, la soeur de T’Challa. Dans ce film, le cerveau, celle qui met au point toutes les machines et costumes, c’est une femme !

Le film a réellement été pointilleux sur énormément de détails. Il chercher vraiment à évincer les clichés et c’est ce que j’aime par dessus tout dans Black Panther.

Autre cliché qui a été évincé de ce film : celui du super héros très fort et invicible. Cela a certes été vu avec Spiderman. Disons que Peter Parker sans son costume n’est pas le super héros le plus sûr de lui ou le plus baraqué. Mais dans Black Panther, T’Challa est vulnérable même pendant les combats qui doivent faire de lui le Roi. En effet on lui ôte temporairement ses pouvoirs pour qu’il soit à armes égales avec son adversaire. De plus T’Challa n’est pas le plus costaud, le plus beau. Sans son costume il a une apparence vraiment ordinaire et j’ai apprécié cela. Le spectateur se sent ainsi proche de lui. T’Challa en définitive pourrait être n’importe lequel d’entre nous. Il est juste le Black Panther parce que son père l’a été avant lui, pas parce qu’il est l’Élu né avec des pouvoirs surnaturelles.

Les coiffures sont également très belles. Et comment parler de Black Panther sans aborder la musique ? La bande originale est juste magnifique, soigneusement dosée, alliant hip hop et musique du folklore. C’était diablement réussi ! Je ne me suis rarement autant identifiée à un film et j’irai le revoir avec plaisir.

Au premier plan : Ramonda, mère de T’Challah. Derrière : Suri, petite soeur de T’Challah – Crédit photo : @Marvel Studios

Nous aussi avons du talent qui ne demande qu’à s’exprimer. 

Je vais prendre un exemple simple : la musique de chez moi, on me dit souvent qu’elle ne sert qu’à danser, qu’il n’y a pas de paroles profondes. Avoir du goût c’est forcément écouter du Jack Brel ou du Léo Ferré. Mais en fait cela résulte juste d’un égocentrisme accru et d’un manque de connaissance. Il y a de très belles voix chez moi et de tous temps.

Alors des films comme Black Panther, j’aimerais en voir beaucoup plus souvent !

Courez le voir, si ce n’est déjà fait, que vous soyez amateurs de films de super héros ou pas. C’est important de soutenir des initiatives comme celles – ci. C’est important de soutenir un film qui ne montre pas un continent africain en perpétuelle souffrance à cause de la famine et de la guerre, pour une fois. C’est important d’aller voir un film qui montre des personnages africains qui ont été capable grâce à leur seule force et leur seule intelligence de développer des machines aussi performantes. Et c’est possible dans la vraie vie, les africains ne sont pas moins intelligents que les autres.

Allez y aussi pour soutenir son réalisateur, qui était aussi à la réalisation de l’excellent film Creed Ryan Coogler.

Allez -y parce qu’il rend hommage à notre beau continent.

Allez-y parce que pour une fois on montre l’Afrique (bien que le Wakanda soit un royaume fictif) sous un prisme flatteur.

La Garde Royale – @Crédit photo : Marvel Studios

Des films comme Black Panther et des livres comme Americanah (dont je parlerais bientôt) me donnent encore plus envie de m’intéresser à mon propre continent, immensément riche culturellement.

 

Ne l’oublions pas.

#WakandaForever

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *