Le jour où je suis allée au restaurant toute seule

J’ai plus ou moins toujours été un loup solitaire. Souvent incomprise des autres, souvent traitée de « bizarre » par mes congénères. L’année où ce côté de moi est plus ressorti, c’est lorsque j’étais en classe de quatrième. Je passais beaucoup de temps à la maison, devant mon ordinateur, à jouer à des jeux vidéos ou faire des montages. J’ai eu ma période très sociable, et depuis quelques temps le naturel est revenu au galop. Je passe de nouveau beaucoup de temps seule.
C’est peut-être dû à ma double culture.
J’ai passé douze ans en Côte d’Ivoire et douze ans en France.

Les « blancs » m’appellent la « renoi » et les noirs m’appellent « la blanche ».

Cela fait que j’ai parfois du mal à m’intégrer dans un groupe. En fait je suis très vite submergée par les émotions. Souvent j’ai besoin de rester dans mon coin car lassée des moqueries et quolibets, même si ce n’est pas foncièrement méchant. Et je n’ai pas très envie de faire part de ces préoccupations à mes camarades parce que je n’aime pas me victimiser.

L’un des aspects de cette double culture est mon goût pour les restaurants. Je ne dis pas que mes compatriotes ivoiriens n’aiment pas cela, mais je pense, pas autant que moi. Souvent, lorsque je discute avec eux, ils ne voient pas l’intérêt de dépenser de l’argent dans quelque chose « qui va sortir après » (je ne vais pas vous faire un dessin). Ils préfèrent utiliser leur épargne pour s’acheter de belles parures. De mon côté, jusqu’à très récemment je trouvais cela inutile de dépenser beaucoup d’argent pour des vêtements. J’étais un véritable garçon manqué parce que je trouvais que trop faire attention à son apparence, c’était très superficiel. Et jusqu’en classe de quatrième environ j’étais moquée de mes cousines et de mes camarades d’école parce que je portais « toujours les mêmes habits ». Je faisais tellement peu attention à mon apparence qu’il m’arrivait de sortir avec des vêtements portés à l’envers, où des étiquettes apparentes…Authentique ! J’ai fait le désespoir de ma mère qui est une fashion victime. Je dirai en général qu’en Côte d’Ivoire il est très important de soigner son apparence. Impossible pour une fille de sortir sans boucles d’oreilles sans se prendre de remarques. Du moins, c’est ce que j’ai vécu.

Or jusqu’à récemment, comme je disais, je préférais mettre le budget dans un bon repas plutôt que dans des vêtements. C’est maintenant que je m’intéresse un peu plus à la mode, mais je ne boude pas mon plaisir lorsqu’il s’agit de manger. Je me fais de temps en temps des mets qui ne sont pas vraiment adaptés au budget d’une étudiante et je n’hésite pas à me commander à manger ou à tester de bons restaurants, quitte à compter mes derniers deniers à la fin du mois.

Parfois aussi, l’obstacle auquel je me heurte est le faible budget de mes camarades étudiants. Et cela vaut pour les blancs comme pour les noirs. Je rechigne à les faire dépenser et je pense que s’ils voyaient ce que je peux mettre comme argent dans un repas, ils tourneraient de l’œil. Or, je viens d’une famille un peu aisée et je peux me permettre certaines folies parfois. Je ne me plains pas. Une seule de mes amies dans ma ville peut sortir au restaurant aussi souvent que moi. D’ailleurs, l’année dernière nous y allions très régulièrement. Cette année nous ne sommes plus dans la même classe, donc les emplois du temps ne concordent pas toujours. Désormais mon petit plaisir c’est le repas du restaurant universitaire à trois euros une fois par semaine avec mes nouvelles amies. Et ça ne me dérange absolument pas. Ce que j’aime par dessus tout c’est me fondre dans la masse. Je n’aime pas que les gens remarquent que je suis « différente ». Certaines personnes venant du même milieu que moi assument tout à fait leur statut d’étudiante de bonne famille. Pour ma part, disons que si on ne le remarque pas, je suis ravie.

Un jour du mois de janvier donc, j’avais envie d’aller au restaurant. Mon amie qui a la même passion que moi et le même budget n’était pas disponible. Mais diable, qu’est-ce que j’avais envie d’y aller à ce restaurant !

J’ai donc pris mon courage à deux mains et ai décidé d’y aller seule.
Il faut savoir que je suis très timide. Je déteste attirer l’attention sur moi. C’était donc une épreuve. Quelques semaines plus tôt j’avais réussi à aller toute seule à la Brioche Dorée prendre un croissant. Pour la grande timide que je suis, c’était un exploit (je vous parlerai plus en détail du fait d’être timide dans un autre article).

La première fois, c’était bizarre. Mais après j’ai pris goût et finalement durant mes examens j’y allais tous les matins.

Lorsque je suis donc arrivée à ce restaurant, d’entrée, la serveuse m’a demandé : « Pour une personne ? » . C’était tellement étrange ! Je trouve que c’est bien plus simple pour un homme de sortir seul comme cela que pour une femme. Mais je ne pouvais plus faire demi tour. J’ai donc hoché de la tête.

Elle m’a conduit à une table. Il y avait d’autres personnes qui étaient toutes venues en groupe et j’avais l’impression que tous les regards étaient tournés vers moi.

J’étais un peu gênée, mais après c’est passé et j’ai savouré mon repas. J’ai lu, j’ai chatté sur mon téléphone, et j’ai même fini par apprécier ce moment.

Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas. Il faut parfois prendre le taureau par les cornes. Lorsque vous n’avez ni petit ami, ni famille, dans votre ville, que faire ? Attendre les disponibilités des unes et des autres pour s’amuser ? Gérer les humeurs des unes et des autres ? Les « c’est pas cuit ça », « c’est trop cher » et j’en passe ?

Plus le temps passe et plus je prend goût à faire des choses seules. Et pourtant à la base j’étais une personne qui adorait être en groupe. Mais il y a quelques années j’ai passé beaucoup de mois toute seule et ce petit côté « ermite » est né chez moi et ce n’est pas plus mal.

Alors le jour où vous voulez faire quelque chose : boire un verre, aller au cinéma, aller au restaurant, et que personne n’est disponible, allez- y quand même.

Il n’y a pas que dans les films américains que ça se fait.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *