La texture de cheveux joue-t-elle un rôle dans la popularité de certaines naturelles ? Droit de réponse

Lorsque j’ai vu (il y a un moment déjà ) sur le blog Blackgirllonghair l’article intitulé <<Does « texture discrimination » affect the sucess of Naturals on Youtube and Social media >>,  je n’ai pas hésité une seconde à en savoir plus. Ceci, pour la simple et bonne raison que je me pose ces mêmes questions depuis mes débuts au naturel. Mes premiers conseils pour prendre soin de mes cheveux crépus, je les ai récoltés sur le blog de Journalnappygirl, qui a une texture de cheveux 4C. On dit que ce sont les plus crépus, le dernier niveau de « crépitude ». Cette classification pousse certaines à avoir des complexes, comme si les filles aux cheveux 4c étaient les cancres de la classe.

1427296_hair-typing-chart-4naturals_jpgba52b14cb045005456e4caa9d8348012

Source

En m’identifiant à Journal Nappy Girl, j’ai pu éviter d’être moi aussi complexée par rapport à certaines attentes concernant ma chevelure.

La réflexion qui va suivre rejoint des observations que j’avais déjà faites dans mon article sur les 7 péchés capitaux d’une crépue, à savoir le fait de désirer la texture d’une autre ; plus lisse, plus bouclée, cheveux qui tombent sur les épaules. Après mon big chop j’ai voulu m’intéresser à d’autres filles pour accroître mes connaissances, et c’est là que j’ai découvert Naptural85 et bien d’autres. Je n’avais aucun problème à suivre les chaînes de ces filles. Je visionne également des chaînes de filles métissées comme Soline de ThePrettyUsMu, des chaînes de filles aux cheveux causasiens comme Hellyhey. Je ne fais aucune discrimination : tous les conseils sont bons à prendre. Mais au fil du temps, je me suis rendue compte que je m’identifiais trop à des personnes qui n’avaient pas ma texture. Certaines choses ne fonctionnent pas sur mon afro. Je me suis alors tournée vers Jouelzy, 4chairchick ou Naturalme4C. Naturalme4C dégage une joie de vivre qui est contagieuse. Elle semble adorer ses cheveux 4C et les célèbre au quotidien. Chez d’autres filles 4C j’ai constaté un malaise. Elles font des vidéos, des blogs, mais se plaignent parfois de leur texture. Comment alors donner confiance à celles qui ne s’aiment pas avec un 4C  ? Je suis aussi des naturelles francophones. Avec un 4C comme Nel de Racinescrépues, ou des textures plutôt 4a/4b comme Mymou.

Tout ça pour dire qu’après des années passées à visionner des chaînes Youtube et lire des blogs, j’ai fait quelques constatations. Et j’ai été contente que des youtubeuses américaines soulèvent ce problème. L’une des premières à dire tout haut ce que moi et d’autres filles pensions tout bas a  Jouelzy. L’article de blackgirlonghair que j’ai lu est une réponse à cette vidéo.

Source : Pinterest

A mon sens, il n’y a pas de fumée sans feu. Certaines choses qui peuvent sembler anodines révèlent un réel complexe qui persiste toujours dans la communauté noire. Nul n’ignore qu’il y a une hiérarchisation de la beauté à tous les niveaux. Dans le domaine capillaire, les américaines l’appellent « texture discrimination ». Dans les publicités, les magazines, les personnes qui désignent les « noires » ont bien souvent des cheveux bouclés, ou crépus mais qui tombent sur les épaules. Pour faire des spectacles, des shootings, des relookings les coiffeurs proposent souvent le « lissage » comme seule option. Même dans les salons qui se disent « connaisseurs du cheveu afro », on ressort avec un lissage. On a l’impression que c’est tout ce qu’ils peuvent faire de nos cheveux.

Sur internet , j’ai fait d’autres remarques. Les vidéos qui ont le plus de vues sur les chaînes des naturelles sont celles qui parlent de « lisser le cheveu afro ». Et sur les chaînes de beauté noire en général, c’est tout ce qui se rapporte au lissage, au défrisage, aux perruques.

Pour aller plus loin encore, j’estime que ce sont les filles naturelles aux cheveux 3c, 4a, 4b et longs, qui ont le plus de vues. Quand une fille a du 4c, ses vues montent en flèche si elle explique que sa routine consiste à garder ses cheveux étirés le plus souvent possible. Par l’usage de la chaleur, bien sûr. On ne peut nier ces faits. Je peux comprendre que la longueur des cheveux impressionne, ce qui explique le nombre élevé de vues, mais les faits que j’ai relatés traduisent pour moi l’image que beaucoup de gens se font des cheveux naturels dans l’idéal.

Dans son article,  Chinwe de la chaîne Youtube Haircrush (que j’aime beaucoup), a reconnu qu’il y a une discrimination au niveau des textures de cheveux, comme il en existe au niveau de la carnation. Mais elle a souligné le fait que le succès d’une chaîne est aussi lié à la personnalité de son propriétaire, à son implication dans les vidéos, à l’esthétique de la chaîne.

J’adhère totalement à ces propos. Plus l’image et les discours sont soignés, plus la chaîne gagne en visibilité. Cependant, il y a eu des personnes qui tenaient des chaînes qui ne correspondaient pas aux caractéristiques invoquées par Chinwe, mais dont les vues ont explosé du jour au lendemain grâce à des vidéos intitulées « boucler les cheveux crépus sans chaleur », « assouplir les cheveux crépus », « lisser les cheveux crépus sans dommages ». D’ailleurs, une fois ces vidéos visionnées, certains propriétaires de ces chaînes ont vu leur nombre de visites chuter. On ne peut pas, sur une quinzaine de vidéos postées, en avoir une à 20 000 vues, alors que les autres sont à 500 vues (sachant que celle de 20 000 vues comporte l’un des intitulés précités) et prétendre que cela relève du hasard. Il existe bel et bien toujours un complexe chez certaines personnes. Il existe toujours des personnes qui souhaitent devenir naturelles, mais à certaines conditions. Il faut que leurs cheveux correspondent à l’image qu’elles s’en font en regardant des filles au cheveux 3b, 3c, 4a.  Jouelzy a également déclaré que du fait qu’elle ait des cheveux 4c, elle était moins contactée par les marques. Sur ce point, je ne peux me prononcer, car je n’ai pas été témoin de discrimination à ce sujet.

En ce moment, un produit fait fureur sur Youtube. De nombreuses filles ont été contactées par une marque ayant inventé un produit rendant les cheveux crépus plus « gérables ». Ce terme m’irrite au plus haut point. Le produit en question permet de se lisser les cheveux et de revenir au naturel en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Je n’ai rien contre un lissage de temps en temps, mais je trouve que certaines oublient parfois le but premier de leur retour au naturel. Ce qui m’amène à me poser la question suivante : Si un jour on mettait au point un produit qui permet à des cheveux défrisés de revenir au naturel immédiatement, sans transition ni big chop, combien craqueraient ? Beaucoup reviendraient probablement sur leurs convictions, au vu de certains phénomènes. Je sens moins d’engouement pour les raisons premières qui nous ont poussé à faire certains choix. Si dès qu’une opération marketing affirme qu’un produit permet de passer du lisse au naturel, sans se soucier des conséquences, nous sautons sur l’occasion, alors à quoi bon passer au naturel ? Quel message véhiculons-nous ? Souvenons nous que si le cheveu naturel est aussi mal-aimé, c’est pour des raisons historiques prouvées. Des gens se battent pour que cette vision du cheveu change. Certaines « youtube girls » qui ont testé ces produits sont regardées et admirées par des centaines de milliers de personnes. Quelles influences ont-elles sur leur fans ?462px-Wild_hair

Il ne faut pas que celles qui ont des convictions profondes oublient la symbolique. Je n’inclue pas dans mon propos celles qui arrêtent le défrisage pour changer de coiffure, et qui comptent reprendre un jour. Pour ma part, je ne peux pas revenir au défrisage. Plus jamais.

Plutôt que de nous comparer aux autres, plutôt que de dire qu’une personne n’est pas dans le mouvement « naturel » parce qu’elle a des cheveux bouclés, plutôt que d’accuser certaines de recevoir plus de produits pour des raisons obscures, unissons nos forces pour vaincre les complexes et faire en sorte que chacune se sente mieux dans sa peau.

Le naturel n’est pas uniquement l’apanage des filles aux cheveux 4C. Pour celles qui l’ignorent, des filles aux cheveux causasiens se servent également de ce terme pour expliquer qu’elles délaissent les produits chimiques pour se servir de produit naturels. Les filles aux cheveux 4c ne doivent pas passer tout leur temps à se plaindre d’une certaine exclusion. Oui, nous avons constaté la chose. Maintenant, interrogeons nous sur les solutions à apporter plutôt que de nous morfondre. Le commentaire d’une personne sur l’article de Chinwe pour Blackgirllonghair m’a beaucoup plu. Elle disait que puisque les filles 4c ne se sentent pas assez représentées sur la toile, c’était alors à elles de créer des blogs, des chaînes youtubes, pour faire passer le message. Sans omettre ce petit bémol :  à trop vouloir dénoncer la discrimination, on finit par en faire soi même. Il ne s’agit pas de créer des regroupements de filles 4c qui se destineraient à d’autres 4c, mais plutôt de s’adresser à toutes les personnes qui voudraient prendre soin de leurs cheveux. Avant de dénoncer, essayons cela.

Et en soignant l’esthétique de nos chaînes, de nos blogs, en faisant attention à notre diction, nous verrons ainsi si le succès n’est pas au rendez-vous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

17 commentaires

    1. Je suis tout à fait d’accord. Cette hiérarchisation n’apporte rien. Ce qui va à l’une ne marche pas forcément pour l’autre, même si elles ont la même texture.

      1. Je trouve que la classification de Walker n’apporte rien de positive dans l’univers des cheveux au contraire il ne fait que renforcer ou confirmer le malaise ( les diktats) qui existe entre les différents types de cheveux, cette comparaison n’est très loin d’être pertinente. Une youtubeuse (NaturiEbene) à fait une vidéo à ce sujet et son avis est objectif selon moi. Pour résumer son idée elle affirme que la classification actuelle que l’on connait (du plus lisse au moins lisse) aurait du ce faire dans le sens inverse car le berceau de l’humanité a eu lieu en Afrique.
        Ci joint le lien de la vidéo de NaturiEbene : https://www.youtube.com/watch?v=jctmyrHNWSY

        1. Bonjour BunnyRel, je suis tout à fait d’accord avec toi.
          A cause de cette classification beaucoup de « 4c » se résignent. « De toute façon je suis 4c, je ne peux rien faire avec mes cheveux »!
          Cette classification a été établie de telle sorte que les personnes aux cheveux crépus se retrouvent au plus bas de l’échelle. Nous sommes les outsiders.
          J’ai regardé la vidéo de NaturiEbene auparavant, c’est l’une de mes youtubeuses préférées. Elle ne passe pas par quatre chemins pour dire les vérités. Elle a raison, tout est parti de l’Afrique.
          Pour moi la « catégorie » à laquelle mes cheveux appartiennent n’a aucune importance. Du moment qu’on trouve les bons produits, la bonne routine, tous les cheveux deviennent malléables.

    1. Ça me fait du bien de lire ça. Si mes articles peuvent faire prendre conscience aux femmes qu’elles n’ont pas à en envier d’autres, alors j’aurai atteint mon but!

  1. Bonjour à Toutes! Et surtout merci Ebonyroots pour ton article!
    Tu as tout dit! J’avais fais ce constat et lors de le conférence avec Naturi Ebene à Bruxelle pour A beauty Case j’avais évoqué ce sujet de la hiérarchisation des textures des cheveux.
    D’ailleurs celui qui l’a créée, a cru bon de mentionner que l’on ne peut rien tirer des cheveux « crépus » et ce cher monsieur a récemment sorti sa gamme pour cheveux naturels, revenant sur son propos du style c’est chouette que les femmes noires assument leurs cheveux au naturel blablibla…

    Le succès de beaucoup de blogueuses est due à la longueur et texture des cheveux, mais aussi au fait qu’elles soient considérées comme mignonne et fashion, la personnalité vient après.

    Le fait que l’on persiste à ne pas prendre en compte l’aspect historique et culturel de nos cheveux fait que l’on se retrouve dans cette situation.
    Le mouvement du retour au naturel est devenu superficiel, ce qui fait que non seulement beaucoup de filles sont submergées pas un flot di’nformations, un jargon, des produits et marques et un complexe naissant en voyant toutes ces filles « parfaites ». Toutes ces nouvelles venues sont fragiles et très perméables au moindre changement et leur conviction de retour peu solide.

    Pour finir, ces produits vendus comme « non chimiques » et qui permettent de se déculpabiliser ont devant eux un boulevard ouvert qui leur permet de récupérer anciennes et nouvelles qui n’attendent que le produit magique qui leur permettra de lisser de manière semi permanente sans se »défriser » et je prédis que l’étape suivante est le lissage chimique décompléxé qui viendra avec tout son lot d’arguments falacieux pour le justifier alors que les gens n’assuement tout simplement pas leur texture…

    Bref, je poste ton article sur mon goupe FB et je t’emboite le pas pour un article sur mon blog en citant le tien!

    A bientôt!

    samantha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *